Il existe deux principaux traitements non chirurgicaux au syndrome d’apnée obstructive du sommeil :

  • Le recours à un dispositif mécanique qui assure une ventilation à pression positive continue (CPAP – Continuous Positive Airway Pressure). Cet appareil sert à maintenir les voies respiratoires ouvertes pendant le sommeil.
  • On peut aussi prescrire l’utilisation d’un embout buccal qui avance la mâchoire durant le sommeil.

Certains patients ne réagissent pas bien à l’utilisation d’un appareil à ventilation spontanée en pression positive continue. Et l’utilisation d’un embout buccal s’avère parfois insuffisante. Pour certains patients, des options chirurgicales sont possibles.

La chirurgie doit être envisagée après avoir bien compris et analysé tous les risques, tous les avantages et toutes les solutions de rechange. Par exemple, la clinique de l’apnée d’Ottawa (Ottawa Surgical Sleep Apnea) n’envisagera une chirurgie en cas de SAOS que si le patient a déjà tenté sans succès l’utilisation d’un appareil CPAP.

Il existe plusieurs causes possibles à l’apnée du sommeil. La chirurgie envisagée doit correspondre aux causes du SAOS. Par exemple, des traitements chirurgicaux peuvent viser à corriger des problèmes liés au nez, au palais, à la langue, à la mâchoire, au cou, à l’obésité ou encore à une combinaison de ces facteurs à la fois.

Les spécialistes en chirurgie buccale et maxillo-faciale d’Argyle Associates possèdent une vaste expérience leur permettant de diagnostiquer et de traiter l’apnée du sommeil.